Top
Alicem, l'application de reconnaissance faciale de l'Etat Français - Blog de Austen Jr. MOUITY
fade
3668
post-template-default,single,single-post,postid-3668,single-format-standard,eltd-core-1.2.1,flow-ver-1.6.1,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1300,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Alicem, l’application de reconnaissance faciale de l’Etat Français

Alicem, l’application de reconnaissance faciale de l’Etat Français

À l’aide de la reconnaissance faciale, les autorités françaises ont développé une application qui permet l’authentification en ligne certifiée sur mobile (Alicem). Son utilisation devrait être généralisée avant la fin de l’année 2019.

La France s’apprête à devenir le premier pays européen à lancer un programme national d’identification faciale à l’échelle nationale. Son gouvernement a officialisé, le 13 mai 2019, la mise en place d’un nouveau système de certification d’identité numérique sur smartphone.

Pour le moment, cette application est en phase de test à l’Agence nationale des titres sécurités (ANTS) et n’est donc pas encore accessible via Play Store. Les développeurs ANTS se sont orientés vers une version Android et voit ainsi son nombre d’utilisateurs réduit quand on sait que beaucoup d’autres citoyens possèdent un iPhone.

L’ANTS impose trois conditions nécessaires : un téléphone Android compatible NFC, une pièce d’identité valide et une adresse mail active. Sans surprise, la première étape est celle de l’inscription. Elle se fait à l’aide de son numéro de téléphone personnel via un code envoyé par sms, puis elle est vérifiée une deuxième fois par un e-mail envoyé en suivant.

Une fois le compté créé, il faut ensuite scanner sa pièce d’identité. D’abord à l’aide de la caméra de votre smartphone, puis ensuite via le lecteur NFC qui détecte automatiquement la puce intégrée à votre pièce d’identité. Les éléments sont ensuite intégrés à votre compte. Puis, l’utilisateur est invité à créer un code de sécurité à 6 chiffres.

Jusqu’ici rien de nouveau. La dernière étape constitue la véritable innovation du dispositif. Pour valider votre compte, il faut « authentifier » votre « identité numérique ». En clair, il faut prouver que vous êtes réellement la personne de la pièce d’identité que vous avez relié à votre compte. Pour cela l’application utilise la reconnaissance faciale.

Avec la caméra frontale, l’utilisateur doit sourire, cligner des yeux et faire des mouvements de tête. Peu importe l’ordre. L’application confirme que votre visage correspond à celui de la pièce d’identité. Votre compte Alicem est enfin finalisé.

Vous pourrez ensuite vous identifier sur tous les sites officiels de l’ANTS via Alicem. Autrement dit, au lieu de rentrer votre adresse mail, ou numéro de sécurité sociale et votre mot de passe. L’Agence explique que le gain de temps et la facilité d’accès sont les deux principaux avantages prônés par le gouvernement.

Malgré toutes les promesses faites, cette application mobile pose tout de même des problèmes d’éthiques au niveau de la confidentialité des données. Aujourd’hui le gouvernement rassure les français en leur disant que toutes les données sont stockées dans le smartphone de l’utilisateur mais en vraie tout peut changer à l’avenir. Par analogie, on peut comparer ce future dispositif d’authentification aux services similaires qui existent et qui sont bien avancés en Chine. Les chinois sont ainsi exposés à des sanctions pénales lorsqu’ils commettent des incivilités, par exemple pas d’accès au crédit social. Au-delà des aspects juridiques, la généralisation à terme d’un tel système pourrait devenir encore plus inquiétante pour les libertés individuelles. C’est ce qu’il s’est passé en Inde avec le système baptisé « Aadhaar ». Certains services de l’État ont été réservés aux seuls citoyens dont l’identité numérique avait été certifiée. Reste à savoir jusqu’à quand Alicem restera une simple option alors que le gouvernement souhaite numériser 100% des services publics d’ici 2022. Ainsi, ne craignons nous pas une situation similaire en France ?

admin
No Comments

Post a Comment

Résoudre : *
22 + 30 =